FAQ

Comment fonctionne la certification de produits alimentaires biologiques ? 

La certification des produits «bio» est assurée par des organismes de certification indépendants et accrédités. Ces organismes vérifient sur le terrain que les Règlements de l’agriculture biologique sont bien respectés par les producteurs et fabricants qui s’engagent dans cette démarche. 

Pour ce faire, des audits de surveillance sont effectués tous les ans sur site pour vérifier la conformité aux règlements de l’agriculture biologiqueCes contrôles consistent notamment à vérifier la conformité des pratiques d’un point de vue documentaire et d’un point de vue traçabilité associé à un contrôle physique des matières et des process (conditions de production). Des contrôles inopinés peuvent également avoir lieu, et des prélèvements effectués pour analyse en laboratoire. L’organisme certificateur garantit la traçabilité du produit tout au long de la filière : production, transformation, conditionnement, stockage et distribution. La vérification des produits sur le terrain peut être complétée par l’analyse en laboratoire. 

 Peut-on avoir confiance dans la certification bio ? 

Pour commercialiser des produits issus de l’agriculture biologique, tout opérateur (qu’il soit producteur, préparateur, distributeur ou importateur) doit avoir été contrôlé par un organisme certificateur agréé par l’Institut National de l’Origine et de la qualité (INAO) et disposer des certificats correspondants. Dans le cadre du mode de production biologique, l’accréditation des organismes de certification selon la norme NF EN 45011 (également appelée le guide ISO/CEI 65) est un pré-requis à leur reconnaissance nationale et internationale. 

Les 3 critères principaux sont indépendance, impartialité et compétences.  Les contrôles portent sur l’ensemble du système de production (parcelles de terre, semences, engrais, troupeaux, pratiques de culture et d’élevage, lieux de stockage, transformation, étiquetage, recettes, fournisseurs, distributeurs…). 

Ils ne se substituent pas mais s’ajoutent aux contrôles habituellement effectués par les autorités sur l’ensemble des produits agricoles et alimentaires, conventionnels ou biologiques. 

 Qu’est-ce qui garantit que les produits « bio » importés sont bien contrôlés ? 

Pour être commercialisés en tant que tels, les produits biologiques importés dans l’Union européenne doivent être conformes aux règles de production et soumis aux dispositions de contrôle prévues par la réglementation européenne. 

La Commission européenne a établi une liste de pays tiers et d’organismes de contrôle appliquant des règles de production et des dispositions de contrôle équivalentes à celles prévues par la réglementation bio européenne. 

Les produits importés doivent en outre être couverts par un certificat délivré par un organisme de contrôle agréé dans l’Etat membre où se situe l’importateur. 

Quelle différence y a-t-il entre les produits bio et les produits naturels ? 

L’Agriculture Biologique est un mode de production qui allie les pratiques environnementales optimales, le respect de la biodiversité, la préservation des ressources naturelles et l’assurance d’un niveau élevé de bien-être animal. 

Tout au long de la filière, les opérateurs engagés dans le mode de production et de transformation biologique respectent un cahier des charges rigoureux qui privilégie les procédés non polluants, respectueux de l’écosystème et des animaux. 

C’est aussi un mode de production qui exclut l’usage des OGM et qui limite le recours aux intrants, en privilégiant l’emploi de ressources naturelles et renouvelables dans le cadre de systèmes agricoles organisés à l’échelle locale, et en restreignant strictement l’utilisation de produits chimiques de synthèse. 

Les produits bio sont constitués d’ingrédients agricoles issus de l’agriculture biologique et le nombre d’additifs autorisés en bio est fortement restreint (une cinquantaine contre plus de 300 en conventionnel), la plupart sont d’origine agricole ou naturelle. Ne sont autorisés en bio que ceux dont l’usage est indispensable à la préparation ou à la conservation de certains aliments transformés et les traitements ionisants sont interdits. La réglementation en agriculture biologique interdit l’usage de produits chimiques de synthèse tels que les pesticides, avec toutes les retombées positives que cela suppose pour l’environnement et la santé du consommateur. Cette méthode d’agriculture privilégie également des techniques culturales spécifiques(rotation des cultures, procédés thermiques), des techniques mécaniques pour lutter contre les mauvaises herbes (travail du sol, désherbage thermique, paillage, solarisation). La fertilisation des sols se fait par compost et par l’application des matières organiques. 

Les produits naturels sont constitués d’ingrédients non issus de la chimie de synthèse. Les matières premières agricoles dont ils sont issus peuvent être cultivées de façon intensive avec des engrais et fertilisants chimiques. 

Où acheter les produits Jardin BiO ? 

Les produits de la marque Jardin BiO sont vendus en grandes et moyennes surfaces et sur le site www.leanatureboutique.com. 

Avez-vous quelques recettes pour confectionner des menus Bio ? 

Jardin BiO propose plusieurs recettes gourmandes à base de ses produits. Pour réaliser de délicieuses préparations. Rendez-vous sur notre espace recettes en cliquant ici

D’où vient l’engagement de Jardin BiO ? 

Jardin BiO est une marque engagée et citoyenne porteuse de valeurs fortes. Les actions, l’orientation et la communication de Jardin BiO ne sont guidés par aucun courant politique, religieux ou spirituel, mais sont le fruit de la réflexion d’une équipe passionnée et engagée, concernée par l’environnement, le commerce équitable et le développement durable en général.

Y-a-t-il des pesticides ou des OGM dans les produits Jardin BiO ?

L’utilisation de pesticides chimiques de synthèse et l’utilisation d’OGM sont interdites en bio. La lutte contre les insectes et autres nuisibles se fait par des pesticides alternatives d’origine naturelle issus de plantes principalement ou par d’autres insectes au bénéfice de la plante.Un plan de surveillance est défini chaque année afin de s’assurer du respect des règles de l’agriculture biologique pour les matières mises en œuvre et les produits mis sur le marché.

Manger Bio est-il meilleur pour la santé ? 

Aujourd’hui, des études et rapports alarmants de plus en plus nombreux dénoncent les effets néfastes sur la santé despesticides, substance et autres produits chimiques de synthèse contenus dans les aliments/ dans l’alimentation, tant pour les agriculteurs que pour les consommateurs.

Un aliment « bio » respecte un cahier des charges strict qui limite le recours aux intrants. Il est issu d’un mode de production agricole qui interdit l’utilisation de produits chimiques de synthèse (engrais, pesticides). Les organismes génétiquement modifiés (OGM) sont également proscrits par son cahier des charges. L’élevage en agriculture biologique quant à lui est encadré par le règlement européen afin de mettre en œuvre des pratiques respectueuses du bien-être animal (ex : animaux nourris avec une alimentation bio, accès à un parcours extérieur, la densité des animaux sont limitées, la santé des animaux est axée principalement sur la prévention, avec des méthodes et conditions d’élevage privilégiant le bien-être de l’animal et stimulant les défenses naturelles).

Gageons par ailleurs que le soin et le respect apporté par l’agriculture biologique au Vivant ne peut qu’avoir des conséquences positives dans nos assiettes… 

Combien de temps puis-je conserver un produit bio ? 

Il s’agit tout simplement de jeter un œil à la date de durabilité minimale (DDM) qui figure sur chaque produit et le tour est joué !  La DDM correspond à la date jusqu’à laquelle la qualité des produits est garantie. Passée cette date, une denrée alimentaire peut avoir perdu ses qualités spécifiques (organoleptiques notamment) sans pour autant présenter un risque pour celui qui la consommerait. 

Après ouverture, il est conseillé de bien protéger et consommer rapidement les produits bio. En effet, l’agriculture biologique restreint le nombre de conservateurs et interdit le recours aux produits chimiques de synthèse lors de la production. Il en résulte que les produits issus de l’agriculture biologique sont plus sensibles aux facteurs d’altération de l’environnement que les produits conventionnels.  

Tous les produits Jardin BiO sont-ils bio ? 

Oui : 100% des produits Jardin BiO sont certifiés « bio »Pour obtenir cette certification et afficher la mention « produit issu de l’agriculture biologique », les produits commercialisés en Europe doivent être contrôlés conformes aux Règlements officiels de l’agriculture biologique, par un organisme de contrôle agréé par les pouvoirs publics. Les logos AB et eurofeuille vous garantissent la conformité de la certification.  

Les ingrédients contenus dans les produits Jardin BiO sont-ils sûrs ? 

Tous nos produits sont soumis, en laboratoire interne et externes, à des tests d’allergie et de tolérance sous contrôle dermatologique afin d’assurer leur parfaite innocuité. L’efficacité est prouvée par des tests réalisés dans un institut d’expertise clinique indépendant. 

Pourquoi ajoutons-nous du sucre dans certains produits ?

De nombreuses  matières premières contiennent naturellement des sucres simples en plus ou moins grande quantité  : le sucre de canne, le miel en contiennent beaucoup. Les fruits et certains légumes en contiennent en quantité modérée.

Lorsqu’une recette de produit est élaborée, il est souvent nécessaire d’ajouter du sucre afin d’améliorer son goût et d’en faire un produit gourmand : c’est le cas des biscuits, tablettes de chocolat, pâte à tartiner, confitures,… Ce rajout se fait sans excès avec une quantité optimale permettant d’exprimer au mieux les saveurs du produit.Le sucre permet d’exhausser les saveurs.

Le sucre permet aussi dans certains cas, d’équilibrer les saveurs et casser une acidité trop forte. C’est le cas par exemple de nos sauces tomates cuisinées pour lesquelles un petit rajout de sucre s’effectue, sans incidence sur la composition nutritionnelle.

Parfois, il n’est pas nécessaire de rajouter du sucre car le produit se suffit à lui-même : par exemple, dans les desserts Biofruits, la pomme apporte naturellement suffisamment de sucre pour donner une saveur agréable. De même, les fruits des purs jus apportent suffisamment de goût sans qu’il  soit nécessaire d’en rajouter. Ils sont donc valorisés sans sucres ajoutés.

Et les logos alors, à quoi servent-ils ? 

La marque AB de certification, comme le logo bio européen, identifie des produits « bio ». 

Le logo européen “agriculture biologique” est appelé “Eurofeuille”. Sa présence sur l’étiquetage assure le respect du règlement sur l’agriculture biologique de l’Union Européenne. Le logo européen peut être appliqué sur les produits qui : 

  • contiennent 100% d’ingrédients issus du mode de production biologique ou au moins 95% de produits agricoles biologiques dans le cas des produits transformés, si la part restante n’est pas disponible en bio et est expressément autorisées, 
  • sont conformes aux règles du système officiel de contrôle et de certification, 
  • portent le nom du producteur, du préparateur ou du distributeur et le numéro d’agrément de l’organisme de  certification 

Ce logo est devenu obligatoire le 1er juillet 2010 sur les étiquetages des produits alimentaires préemballés dans l’Union européenne. Il est facultatif pour les produits importés. 

La marque « AB », propriété exclusive du Ministère de l’agriculture,quant à elle est désormais facultative bien que reconnue par plus de 97% des Français ! C’est l‘INAO qui assure globalement la protection et la défense de la marque AB. 

(http://ec.europa.eu/agriculture/organic/eu-policy/logo_fr)

Découvrez l’ensemble de nos engagements sur notre site internet en cliquant ici. 

 Comment être certain qu’un produit est bio ? 

Pour qu’une marque puisse apposer l’appellation bio ou biologique sur un produit, il faut que celui-ci ait été produit dans le respect du règlement européen.
(http://agriculture.gouv.fr/sections/thematiques/environnement/agriculture-biologique) 

Tout au long de la filière, du producteur au distributeur, les intervenants de l’agriculture biologique sont rigoureusement contrôlés selon ce règlement par des organismes certificateurs indépendants, comme ECOCERT.  

Les produits Jardin BiO contiennent-ils de l’huile de palme ? 

NON, Jardin BiO est 100% sans huile de palme. Aucun produit du catalogue ne contient de l’huile de palme. 

Pour aller plus loin, en 2018, la marque a décidé de porter son engagement contre l’huile de palme en s’unissant à l’association Les Amis de la Terre pour une campagne de sensibilisation dans les medias. 

Si l’huile de palme est fréquemment présente dans les produits alimentaires, son utilisation dans les carburants reste assez méconnue. Pourtant, 75% de l’huile de palme importée en France est mêlée aux carburants (plus particulièrement aux biodiesels). 

Dans le cadre du 1% [Avec lien page 1%] , Léa Nature avec Jardin BiO a aidé financièrement l’association Les Amis de la Terre pour dénoncer la présence d’huile de palme dans les carburants. 

En mars 2018, sa campagne alertait le grand public sur l’utilisation de l’huile de palme dans les carburants. 

 

 

Pourquoi tous les produits Jardin BiO ne sont pas équitables ? 

Seuls les produits issus des pays en voie de développement peuvent prétendre à la certification équitable (d’après la définition officielle AFNOR). Dans le système de certification FLO/Max Havelaar, certains produits comme le café, thé, fruits, noix bénéficient de standards, c’est-à-dire de règles permettant la certification de ces matières premières. D’autres matières premières n’ont pas de standards et ne peuvent donc pas être certifiées Commerce Equitable Max Havelaar, même si produits dans des pays en voie de développement. 

Jardin BiO pense que la première des solidarités avec des producteurs agricoles est de ne pas les exposer à des produits chimiques toxiques au quotidien. En cela, nous considérons que participer au développement de l’agriculture bio est la première étape de ce que nous considérons comme commerce équitable. 

  

Quels sont les produits Jardin BiO issus du Commerce Equitable ? 

Pour savoir quels produits Jardin BiO sont bio et équitables, le logo spécifique “équitable” a été apposé sur les différents nos différents produits pour vous permettre de les identifier rapidement.  

   

Quelle est la différence entre le commerce équitable et le commerce classique ? 

Définition de 2001 par les organisations internationales de commerce équitable réunies dans FINE : 

« Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect dans le but de parvenir à une plus grande équité du commerce international. Il contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions d’échange et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs salariés, en particulier ceux du Sud. » 

Dans une approche cohérente au Nord comme au Sud, les membres, en tant qu’acteurs responsables, s’engagent à : 

  • L’équité et la solidarité dans les relations commerciales 
  • L’autonomie des producteurs 
  • La dignité des acteurs 
  • Le respect de l’environnement 
  • La transparence 
  • L’engagement à faire évoluer le commerce international  

Le commerce équitable garantit un prix minimum stable tout le long de l’année. Dans le commerce classique, mes matières premières sont achetées au prix du marché, prix fluctuant en fonction des cours mondiaux des matières premières. Si le prix du marché devient supérieur au prix minimum par le commerce équitable, le prix minimum suit la même hausse. 

De plus, une prime proportionnelle au volume achetée est versée sur un compte commun de la coopérative ou association de producteurs. Ceux-ci l’utilisent pour des projets communs. Ce qui n’est pas obligatoire dans le commerce classique. 

  

Les produits équitables sont-ils bio ? 

La certification équitable assure un revenu décent au producteur, une amélioration des conditions de vie des agriculteurs. 

La certification Bio garanti la non utilisation des produits chimiques de synthèse et un respect de l’environnement. 

Des produits équitables peuvent être non bio et des produits bio peuvent être non équitables. Jardin BiO Equitable a fait le choix d’avoir la double certification car en vue d’un développement durable des hommes dans leur environnement, nous pensons que le commerce équitable ne peut pas être durable si on ne l’associe pas à l’agriculture biologique. 

 

Acide aminé : substance simple possédant une fonction amine et acide ; constituant essentiel des protéines

Aflatoxines : c’est une mycotoxine produite par des champignons proliférant sur des graines conservées en atmosphère chaude et humide. Elle est nuisible aussi bien chez l’homme que chez l’animal

Altiplano : Haut plateau andin, en partie Bolivien

Andosol : sol d’origine volcanique dont la caractéristique est de retenir et stocker beaucoup d’eau, sans pour autant la restituer aux plantes.

Aymara : désigne à la fois un peuple originaire de la région du lac Titicaca au croisement de la Bolivie, du Pérou et du Chili, et la langue officielle de l’empire Inca ; environ 2 millions de personnes le parlent actuellement (Bolivie)

Badiane : La badiane chinoise ou anis étoilé est le fruit d’un arbre tropical sempervirent (Illicium verum Hooker. ; illicium : n. latin « appât », « charme ») de la famille des Illiciaceae

Bale de coton : Les fibres de coton, une fois propres, sont compressées pour former des balles de 140 à 175 kg.

Biodiversité : La biodiversitédésigne la diversité du monde vivant au sein de la nature.

Brix : Le degré BRIX (°B) sert à mesurer la fraction de sucre dans un liquide

Céréale : une céréale est une plante cultivée pour ses graines riches en glucides lents, dont l’apport énergétique est intéressant

Chénopodiacée : famille de plante

Commerce équitable : Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l’objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. Il contribue au développement durable en offrant de meilleurs conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, tout particulièrement au Sud de la planète. Les organisations du commerce équitable (soutenues par les consommateurs) s’engagent activement à soutenir les producteurs, à sensibiliser l’opinion et à mener campagne en faveur de changements dans les règles et pratiques du commerce international conventionnel.

Compagnons d’Emmaus : Association créée par l’Abbé Pierre pour lutter contre la misère

compléments alimentaires : Un complément alimentaire fourni un complément de nutriments (vitamines, minéraux, acides gras ou acides aminés) manquants ou en quantité insuffisante dans le régime alimentaire d’un individu

Ecocert : ECOCERT est un organisme de contrôle et de certification intervenant principalement dans l’agriculture biologique.

Egrenage : Dans le processus du coton, c’est l’étape qui consiste à séparer la graine de coton de la fibre qui y est attaché.

Engrais de synthèse : engrais issu de synthèse chimique, qui nécessitent l’utilisation de ressources non renouvelables (combustibles fossiles) au contraire des matières organiques.

Engrais verts : Engrais issu de matières organiques (excréments de vache, extraits de plantes…)

Enzymes : Une enzyme est une molécule (protéine ou ARN) permettant d’accélérer jusqu’à des millions de fois les réactions chimiques du métabolisme se déroulant dans le milieu cellulaire ou extracellulaire. Dans la fabrication du thé, Les enzymes sont responsables de l’oxydation des feuilles de thé. Dans le thé vert, les enzymes présentes dans les feuilles de thé sont inhibées par chauffage.

Façonnier : Entreprise travaillant à façon pour le compte d’une autre entreprise

Fermentation : La fermentation est une réaction biochimique consistant à libérer de l’énergie à partir de sucre. Dans le processus du thé, il s’agit d’une oxydation par des enzymes des feuilles de thé. Le mot ’fermentation’ est habituellement utilisé pour ce processus.

Filature : Les fibres de coton subissent une torsion pour former le fil

FLO : Fair trade Labelling Organization s’est scindée en deux organisations indépendantes : FLO International (Flo-ev) qui a pour rôle de développer des filières de commerce équitable (définition des règles et appui aux organisations de producteur). FLO cert (ici dénommée FLO) a pour rôle d’assurer la certification équitable.

Fret : transport de marchandises

Glucides : les glucides regroupent les sucres complexes (lents) et simples (rapides)

Hysope : L’Hyssopus officinalis L, est un arbrisseau vivace de la famille des Lamiacées, que l’on trouve dans les environnement de type garigue dans les régions méditerranéennes. Ses fleurs, qui peuvent être violettes, bleues, blanches ou rouges, sont groupées en épis. Il est utilisé comme aromate

Lipides : les lipides regroupent les matières grasses saturées et insaturées

Logo AB : AB, agriculture biologique en France, est le sigle, non obligatoire, qui figure sur les produits conformes au cahier des charges

Lombricompost : Le compostage est un procédé biologique qui consiste à traiter des déchets organiques (part fermentescible des déchets ménagers, déchets verts, boues de stations d’épuration) afin de réaliser un résidu solide, riche en humus, semblable à du terreau. Le lombricompost est issu de la digestion de vers de terre, rapidement stabilisé et utilisé en biodynamie.

Malvacées : « Famille de plante à laquelle appartient le cotonnier. On y trouve aussi les roses trémières, les mauves, les hibiscus, le gombo et le cacaoyer. Dans cette famille, le genre botanique Gossypium rassemble 50 espèces de cotonniers, dont quatre ont été domestiquées par l’homme, à cause des fibres portées par leurs graines. Les autres ont juste un duvet très court ou pas de fibre du tout. »

Max Havelaar : Max Havelaar est une branche de l’association internationale F.L.O. (Fairtrade Labelling Organization). Max Havelaar. est actuellement l’un des principaux acteurs du commerce équitable
Mécénat environnemental : Promotion de la préservation de l’environnement

Monder : monder ou émonder consiste à oter l’enveloppe de la graine par frottage mécanique

Neem : Le margousier (Azadirachta indica), ou neem, est un arbre à feuillage persistant, originaire de l’Inde de la famille des Meliaceae. Ses fruits permettent de fabriquer un insecticide redoutable, l’azadirachtine. Il bloque la métamorphose du stade larvaire à celui d’adulte et paralyse son tube digestif.

OGM : Un organisme génétiquement modifié ou OGM est « un organisme vivant dont le patrimoine génétique a été modifié par génie génétique, soit pour accentuer certaines de ses caractéristiques ou lui en donner de nouvelles considérées comme désirables, soit au contraire pour atténuer, voire éliminer certaines caractéristiques considérées comme indésirables ». Les OGM sont interdits en Agriculture Biologique.

ONG : Une organisation non gouvernementale ou ONG est une organisation d’intérêt public qui ne relève ni de l’État ni d’une institution internationale.

Paraben : Les Parabens sont un groupe de produits chimiques largement utilisés comme conservateurs dans l’industrie cosmétique et pharmaceutique depuis plus de cinquante ans pour empêcher la croissance des champignons et des bactéries.

Pétrochimie : La pétrochimie est la science qui s’intéresse à l’utilisation des composés chimiques de base issus du pétrole pour fabriquer d’autres composés synthétiques qui peuvent exister ou non dans la nature

PEG : On appelle macrogol des polymères linéaires constitués de molécules d’éthylène glycol. On les appelle également polyéthylène glycol ou PEG

Peroxydes : l’indice de peroxydes ; mesure la qualité d’une huile ; un indice élevé indique une oxydation de l’huile ; plus il est bas, meilleure est la qualité de l’huile ;

Pesticides : substance chimique utilisée pour lutter contre les ravageurs des cultures

Phénoxyéthanol : Conservateur chimique appartenant à la famille des ethers de glycol

Phénoxyéthanol : Conservateur chimique appartenant à la famille des ethers de glycol

Phéromones : Les phéromones sont des substances émises par la plupart des animaux et certains végétaux, et qui agissent comme des messagers sur des individus de la même espèce. Placées sur des végétaux, elles sont destinées à attirer les insectes mâles d’une espèce nuisibles pour la culture.

Plantules : Jeune plante, ne comportant que quelques feuilles, obtenue peu de temps après la germination de la graine.

Pollution : accumulation de substances toxiques et/ou non biodégradables

Prix minimum garanti : Le prix minimum garanti (PMG) est défini en fonction de critères économiques (coûts de production) et de critères sociaux (taille moyenne d’une famille,…). Il garantit au producteur un revenu minimum qui lui évite de vendre à perte lorsque le cours du marché mondial chûte en dessous des coûts de production. La non régulation du marché mondial des matières premières est une cause d’appauvrissement des petits producteurs, qui faute de trésorerie, ne peuvent attendre pour vendre

Produit éthoxylé : Produit dont le procédé d’obtention ne respecte pas l’environnement ni les règles de sécurité

Protides : les protides regroupent les substances organiques azotées qui contiennent des acides aminés (acides aminés et protéines)

Pyrèthre : Le pyrèthre ou pyrèthre de Dalmatie (Tanacetum cinerariifolium) est une plante herbacée vivace de la famille des Asteraceae (Composées), cultivée pour ses fleurs dont on tire une poudre insecticide.

Quechua : désigne à la fois un groupe de peuples et un groupe de langues des Andes, de la Colombie à l’Argentine. Environ dix millions de personnes le parlent et c’est la langue officielle du Pérou depuis 1975. La spectaculaire extension territoriale actuelle de la langue quechua est due au fait qu’elle a été promue au rang de lengua general par le colonisateur espagnol.

Quinoa : La culture de la Quinoa est pratiquée dans un désert froid (pluviométrie basse – moins de 150 mm/an – sols sableux issus de vestiges coraliens, gels – 270 à 330 jours/an)

Radicelles : Les radicelles d’une plante sont les plus petites de ses racines. Elles sont extrêmement importantes car elles assurent l’absorption des sels minéraux et de l’eau apportant la matière première à la plante par la production de sève.

Ravageur : animal (insecte, ver,..) détruisant les cultures

Saponines : substance végétale ayant un fort pouvoir moussant

Semences hybrides : un hybride est issu du croisement de deux plantes ayant des caractéristiques différentes, l’objectif étant d’obtenir les qualités des deux lignées parentales

Supra coopérative : Regroupement de plusieurs coopératives

Les engagements Jardin BiO